Écrire la judéité. Enquête sur un malaise dans la littérature française


Il est depuis toujours un élément qui déclenche les réactions les plus contradictoires, allant de la haine à l’empathie: la judéité. Or l’histoire de notre littérature, contemplée dans le miroir de notre société et de son Histoire, étonne sur ce point par l’ampleur du phénomène. De Céline à Barthes en passant par Sartre, le Juif fait figure d’élément dérangeant, inquiétant, prescrivant les défoulements ou les refoulements les plus divers. C’est dans ce cadre qu’on comprend mieux ce que fut l’écriture pour Perec, Gary, Cohen, Wiesel, Modiano, mais aussi Duras ou Blanchot. La judéité aura été pour eux une épreuve et un défi, un garde-fou contre les débordements de l’Histoire, tout comme une nécessité de réinvention de soi et de l’oeuvre. Il semble ainsi nécessaire de se retourner sur les relations singulières entretenues entre la judéité et la littérature, si l’on ne veut pas céder aux cécités les plus indéracinables, aux illusions les plus gratuites, aux excès les plus dangereux, dont notre société est aujourd’hui encore la proie.
Collection
Vidéos > Présentation de livres

Auteur
Decout, Maxime
Contributeur
Zard, Philippe
Editeur
Médiathèque Alliance Baron Edmond de Rothschild

Date de parution
22 juin 2015
Langue du document
Français
Description matérielle
1 vidéo (01 h 45 min 59)
Ville
Paris
Pays
France

Relation
Document Annexe(1)
Droits
Conditions générales d'utilisation
Identifiant