NUMÉRO SPÉCIAL
2 D EC EM B RE 1950
NOUVELLE ANNEE. — N” 27
P R IX
20 F R A N C S
24 K islev 5711
JO U R N A L B I-M E N S U E L
R é d a c tio n - A d m in is tr a tio n
P u b lic ité :
33. rue Malherbe - CASABLANCA
Téléphone : 278-41
C.C.P. : M. Tolédano 512-44
FONDATEUR : A S S O C IA T IO N
DE LA JE U N E S S E JU IV E
C H A R L E S N E T T E R
D IR E C T E U R
M E Y E R T O L E D A N O
S O U S -D IR E C T E U R :
J . M E D IO N I
Abonnement annuel . . .
500 Frs
Abonnement de soutien 3.000 Frs
(J O U R N A L D'INFORMATION JU IV E AU M A R O C )
C O M IT E D E R E D A C T IO N
E T D ’A D M IN IS T R A T IO N
MM. R o g e r A bbou
S alom on Azoulay
Léon B enzaquen
M ax If r a h
Mme S tella L asry
MM. J . M edioni
M aurice S chriqui
M lle S im one E lm oznino
C O R R ESPO N D A N TS
MM. E . O u a k ra te , à M eknès
H. E lkaïm à Salé
I. H alioua à Salé
M. Y. B oukaya à B éni M ellal
A fria t Sim on à S efro u
A u to r isé à in sérer le s a n n o n ces lé g a le s e t ju d icia ires
Fraternité, Respect
des convictions de
chacun, Lutte pour
nos problèmes sociaux
L’ OSSOCIQTION CHARLES NETTER
FETE SES VINGT ANS
20 années au
service de la Jeunesse
Juive etdu Judaïsme
Marocain
SES PRINCIPES... SON HISTOIRE
L a force de n o tr e m o u v e m e n t r é ­
side en cela q ue n o u s n o u s se n to n s
responsables, n o n s e u le m e n t de n o tr e
trav ail, de nos m em b res, de n o tr e s t a ­
de, de n o tre ( lub, de n o tr e local, m ais
aussi et avec a u ta n t d’é n e rg ie de to u t
trav a il ju if qui se fa it a u M aro c e t
que nous som m es to u jo u rs p rê ts, qu els
que so ien t les d a n g ers, q u e ls q u e
soient les soucis qu e p e u t n o u s fa ire
courir u ne n o u v elle e n tre p rise , à n o u s
lancer dans u n e n o u v elle tâ c h e p o u r
peu q u ’elle no u s sem b le in d isp en sab le
ou sim p lem en t u tile a u J u d a ïs m e m a ­
rocain.
Le le c te u r v e r r a q u e n o u s av o n s
ainsi p articip é à la cré a tio n de p re s­
que tous les organism es qui collabo­
ren t a u jo u rd ’h u i à l ’é m a n c ip a tio n du
Judaïsm e m arocain.
Les d ifficu ltés fin a n c iè re s n ’o n t j a ­
mais é té u n o b stacle à n o tr e tra v a il.
Souvent a u b o rd du précipice, q u e l­
quefois plongés d an s u n é n o rm e d é fi­
cit, nous n ’avo ns ja m a is c r a in t ; n o u s
savons que l'a r g e n t v ie n t a u m o m e n t
opportun e t que D ieu e st avec nous.
Notre force est d’être en déficit
constant, de faire et de vouloir faire
trop et devant l’ampleur de la tâche,
trop, ce n’est pas encore assez.
N otre fie rté , c’est la cohésion et
l’hom ogénéité de n o tr e C om ité, dep u is
le Comité de 5 de l ’époque des d éb u ts
jusqu’à celui d’a u jo u rd ’hui qui co m p ­
te 14 m em bres. U y a chez n o u s un
sentim ent d’affectio n e t de c a m a ra d e ­
rie m utuelle qui fa it q u e le v o te n ’in ­
terv ien t que tr è s ra re m e n t. N o u s n ous
m ettons to u jo u rs d’acco rd e t n o u s Sa­
vons nous p lier à la te n d a n c e de la
m ajorité.
Mais, nous direz-vous, vous avez
to u s le s m ê m e s c o n c e p tio n s p o litiq u es
e t le s m êm es c o n c e p tio n s relig ieu ses,
les m êm es conceptions sociales? C ertes
n o n , c a r n o u s av o n s chez n o u s des o r­
th o d o x es, d es lib é ra u x , des lib re s-p e n ­
se u rs, des je u n e s de 20 a n s e t des
« v ie u x » de 40 a n s, des s e n tim e n ta u x
e t ra tio n a liste s. M ais n ous arriv o n s
q u a n d m ê m e m a lg ré ces d iv e rg e n c e s
d ’opin io n à tr o u v e r u n « m o d u s v i­
v en d i » e t c h a c u n a ssiste à nos r é u ­
n io n s h e b d o m a d a ire s q u i se d é ro u le n t
d a n s u n e a tm o sp h è re de to ta le sin cé­
rité .
E t la p o sitio n id éo lo g iq u e d a n s to u t
c e la ? T o u t ce q u ’il f a u t sa v o ir su r
c e tte q u e stio n d éco u le é v id e m m e n t de
ce q u i p récèd e.
A « C h a rle s N e tte r », n o u s av o n s
u n peu c a lq u é l’idéologie des E c la i­
re u r s Is ra é lite s de F ra n c e : n o u s re s ­
p e c to n s le m in im u m re lig ie u x , c ’e stà -d ire q u e n o s a c tiv ité n ’e n fre ig n e n t
p o in t l ’o b se rv a tio n des p re sc rip tio n s
re lig ie u se s (C h a b b a t, fête s, e tc .). N ous
o rg a n iso n s des offices re lig ie u x de la
je u n e sse , m a is n ’y a ss iste n t q u e ceu x
qu i le d é sire n t. Il n e v ie n d ra it ja m a is
à l’u n de n o u s l’idée d ’e x ig e r d ’u n
L e L e c te u r v e r r a p o u r la p re ­
m iè re fois clans la n o u v elle série
d u jo u r n a l « N O A R » u n n u m é ro
spécial. Ce n u m é ro sp écial e s t éonsa c ré à l’A ssociation d e la J e u n e s ­
se J u iv e « C h a rle s N e tte r » à l’oc­
casion d u 20’ a n n iv e rsa ire de sa
n aissan ce. C ertes, c e tte a sso ciatio n
qu i a c ré é n o tre jo u rn a l e t qui
c o n tin u e de c o n trib u e r à sa vie,
m é rite bien u n n u m é ro spécial.
P e u t- ê tr e nos le c te u rs se consoa u tr e l ’o b serv a n c e des p ra tiq u e s re li­
gieuses, exigence que d 'a ille u rs les
s ta tu ts in te rd ise n t. P o u r c e rta in s, ce­
la p a r a î tr a it u n e c o n tra d ic tio n , e t
p o u r ta n t il est v ra i q u e d ’u n e p a r t
n o u s n e som m es p a s la ïq u e s d a n s le
sens h a b itu e lle m e n t d onné à ce te rm e
m ais q u e d ’a u tr e p a r t n o u s n e som m es
p as n o n p lu s u n e a sso ciatio n re lig ie u ­
Parmi les fondateurs, citons M" Kabam, Haïm Lasry, S. Sicsu etc...
Après quelques années d’activité,
SA D EVISE :
SERVIC E
D IS C IP L IN E
RESPECT DES LOIS
Que pensez vous de
l’A.J.J. Charles Netter?
I ’ Alliance
Je suis heureux d ’ad resser m es fé li­
citations et m es vœ ux les plus cordiaux
à l’Association C harles N e tte r qui cé­
lèbre actuellem ent le 20ème a n n iv e r­
saire de sa fondation.
Si, en ta n t que D élégué de l ’A lliance
Israélite U niverselle a u M aroc, je m e
réjouis du succès de to u te e n tre p rise
Qui en favorisant l’éd u catio n e t le p ro ­
grès de notre jeunesse, com plète n o tre
action scolaire, com bien n o tre sy m p a­
thie est g rande à l ’égard d ’u n g ro u ­
pem ent qui en se p la ç a n t sous le nom
de l’un des fo n d ateu rs de l’A lliance, a
entendu p ar là sym boliser ses origines
et ses buts.
D ans l’ensem ble des associations israélites du M aroc, « C h arles N e tte r » a
su se créer u ne place originale e t user
de moyens propres pour préciser et
servir les a sp iratio n s m orales de la
jeunesse à laquelle des cadres lucides
et v irils o n t d o n n é u n c a ra c tè re , u n e
Personnalité.
Au moyen de diverses disciplines :
éducation physique, scoutism e, dévelop­
pem ent intellectuel e t artistiq u e, d iffu ­
sion de la langue hébraïque, a llia n t
des valeurs trad itio n n elles à, la cu ltu re
française, ce groupem ent a vu h a u t et
loin, visan t à in tég rer la jeunesse dan s
une vie juive élargie, d an s la vie to u t
court toujours riche e t e x a lta n te quels
Le G ran d Rabbin
Ce que j'apprécie su rto u t dans votre
œuvre, c'est le caractère traditionnaliste
que vos dirigeants ont toujours jalouse­
m ent conservé. En effet, votre associa­
tion a su mener de fro n t le relèvement
social, artistique* sportif et religieux de
la jeunesse juive de notre grande cité.
Je vous félicite des résu ltats obtenus et
vous demande de persévérer dans cette
voie.
Que Dieu vous bénisse et vous prête
son assistance. Amen.
R A B B I B E N S O U S S A N
G rand R abin
d e C asab lan ca
EN T R O ISIE M E PAGE :
La réponse de M M . LEVY,
C A L A M A R O , R O U C H E
alors les cours commerciaux du soir,
comptabilité, sténo, anglais, droit
commercial, français, espagnol, hé­
breu, et nous organisons le premier
bal en aide aux réfugiés d’Europe.
Maghen David loue alors à moitié
avec nous son local de la rue Cottnest qui devient notre local pour le
soir. En 1937, nous obtenons 7 délé­
gués à la conférence régionale sio­
niste du Maroc au cours de laquelle
M. S.D. Lévy nous annonça l’heu­
reuse arrivée au Maroc de notre ami
M. Calamaro et où Me Lasy fut élu
au Comité central sioniste comme
représentant des jeunes.
1938 voit le travail se consolider.
Nous nous affilions à l ’Union Mon­
diale de la Jeunesse Juive, nos cours
fonctionnent régulièrement et nous
constituons une section musicale ain­
si qu’un bureau de placement.
En 1939, dès la déclaration de
guerre nos membres, conjointement
avec ceux de l’A.A.E.A.I.U. s’offrent
comme volontaires pour aller com­
battre. Nous allons proposer à l’Ad­
ministration d’organiser la semaine
de la ferraille, en un mot nous es­
sayons de remplir notre devise de
SES BUTS :
SA U V EG A R D E
INTELLECTUELLE
M O R A L E ET PH YSIQ UE
DE LA JEUNESSE JU IVE
A U M A R O C
service : discipline, respect des lois.
1940 - 1941 - 1942, nos activités
sont sur le plan officiel inexistantes.
Par contre, nos cours d’anglais fonc­
tionnent en plein et nds dirigeants
prennent une part’ active dans le Co­
mité d’Aide aux réfugiés alors clan­
destin, sous la présidence de notre
courageuse Mme Bénattar.
1942 : débarquement des Alliés ;
quelques amis se réunissent afin de
reprendre le travail. Nous sommes
sans local, sans membres, sans ar­
gent. Quelques réunions publiques
nous prouvent qu’il faut d’urgence
rassembler lés énergies.
1944
fut sans doute sur le plan
création, réalisation, consolidation,
la première année cruciale. Sans ar­
gent, sans local; nous créons une
Chorale et des commissions pour le
travail avec les comités de commu­
nauté, qui fournit des éléments aux
commissions de la communauté « ra­
vitaillement », assistance, etc... Nous
aidons au démarrage d’Habanim, au
recrutement de l’Ecole Profession­
nelle qui risquait sa fermeture et
officiellement, « Charles Netter est
nommé conseiller technique du Co­
mité de l’Ecole Professionnelle. Nos
cours d’hébreu démarrent avec quel­
ques centaines d’élèves, nous célé­
brons l’anniversaire de la mort
d’Herzel et donnons ainsi le départ
des activités de la Fédération Sio­
niste. Nous aidons à la formation de
la Fédération des Sociétés Juives,
refusée d’ailleurs, on ne sait pour­
quoi par la municipalité.
En juin 1944, pour la première
fois au Maroc, nous décidons de fai(Suite page 4, sous le n° 2)
N ous devions à NOAR e t à ses lecteurs un historique du jo u rn al.
Nous au rio n s re tra c é to u te son évolution depuis le jo u r où une poignée
d ’am is la n c è re n t la je u n e revue m ensuelle à couverture verte e t bleue
ju sq u ’a u jo u rn a l d ’in fo rm a tio n qu’il est actu ellem en t, sous sa form e
a d u lte e t bi-m ensuelle. N ous avons pensé que le cliché ci-dessus évo­
que d ’une m an ière v iv an te et éloquente cette évolution, qu’il m o n tre
l’e ffo rt des in itia te u rs e t des co llab o rateu rs du jo u rn al, qu’il définit
cla ire m e n t ses b u ts : in fo rm er, soutenir, o rie n te r la jeunesse juive de
ce pays, re flé te r la vie du ju d aïsm e m arocain, soulever ses problèm es
a u g ra n d jour, a p p o rte r son aide d an s la recherche des solutions f a ­
vorables, le servir en u n mot.
que so ien t les m o tifs de risques et d ’in ­
quiétude.
N ous p réd iso n s à « C h arles N e tte r »
les p lus belles réu ssites p arce que ses
fo n d a te u rs o n t su l ’a n im er, dès sa n a is ­
sance, d ’u n esp rit, d ’u n e flam m e.
R . T A D JO U R I
D é lé g u é d e l'A llia n ce
pour le M aroc
xe, v o tre p lace e s t chez nous, si vous
ê te s Ju if. V ous y v iv rez en p a rfa ite
in d é p e n d a n c e sa n s su b ir le s e ffe ts
d ’a u c u n e in flu en ce. E v id e m m e n t, n ous
n ’av o n s ja m a is vo u lu a d h é re r en bloc
à u n p a rti n i d o n n e r u n e fo rm a tio n
p o litiq u e quelco n q u e. L es m em b re s de
« C h a rle s N e tte r » a u jo u r d ’hui en Is ­
ra ë l, v ous en tro u v e re z d an s les d if­
fe r e n ts k ib o u tsim e t d an s les d iffé ­
re n ts p a rtis, m ais n o u s p ensons de
to u te s nos fo rces q u ’il n ’y a p as lieu
de p ré v o ir en g a lo u th la c ré a tio n de
p a rtis p o litiq u es qui fo n c tio n n e n t n o r­
m a le m e n t en Isra ë l.
S u r le p la n social, n o u s estim o n s
q u e les a c tiv ité s d o iv en t ê tr e c e n tr a ­
lisées e t co o rd o n n ées p o u r é v ite r l ’é­
p a rp ille m e n t des e ffo rts e t des d ép en ­
ses in u tiles. P lu s q u e ja m a is, la F é d é ­
ra tio n des A ssociations ju iv e s a u M a­
roc a p p a r a ît com m e indispensable.
N ous av o n s tra v a illé en 1944 p o u r sa
ré a lisa tio n q u i a u r a it a u jo u rd ’hui r é ­
s o lu u n g ra n d n o m b re de p ro b lèm es
D epuis, n o u s av o n s e n re g is tré av ec sa ­
tisfa c tio n la c ré a tio n de la F é d é ra tio n
de la Jeu n esse Juive (qui n ’est pas
en c o re c o m p lè te m e n t re c o n n u e p a r
(Suite page 4, sous le n° 1)
son travail subit un arrêt interrompu
en 1936.
C’est notre président d’honneur S.
Sicsu qui inaugure des conférences
qui ont lieu à l’Ass. des A.E.A.I.U.
et où on essaye de réveiller le sen­
timent juif des jeunes.
A cela s’ajoute l’étude des problè­
mes communautaires et c’est ainsi
qu’en 1937 nous nous trouvons avec
un groupe de jeunes décidé à tra­
vailler d’une façon pratique et cons­
tructive.
Notre effectif, à cette époque : une
centaine de membres ; budget: 1.000
francs par an. Les samedi après-mi­
di, on discute le projet de réorga­
nisation des comités de communau­
tés et l’on décide la nomination de
commission d’enquête (taxes sur la
viande, cacherout des vins etc.). Les
mercredis à 9 h. ont lieu des confé
rences faites par des personnalités
juives et par nos propres membres,
suivies de débats et de séances de
travail. Déjà, nous créons les com­
missions pour la lutte contre l’anti­
sémitisme, pour le boycottage des
_ _ _ j
n
n
n
c
nrcrnnisons
Que pensez vous de
l’A.J.J. Charles Netter?
le Joint
Je considère l ’association « C h arles
N e tte r » com m e u n e des o rg an isatio n s
de jeunesse juive de C asab lan c a e t
m ’intéresse à cette o rg an isatio n comm e
à to u tes les o rg an isatio n s de jeunes.
Nous voudrions que la jeunesse juive
du M aroc form e u ne u n ité pour le d é ­
veloppem ent cu ltu rel e t physique et
qu’elle soit à l ’a v an t, t a n t p o u r re tire r
les e n fa n ts m alh eu reu x de tous les
M ellahs, leu r faire p re n d re conscience
d ’eux-m êm e, leu r faire com prendre l’u ­
tilité d ’u n m étier, e t e n som m e aider
toutes les co m m u n au tés d an s leu r t r a ­
vail d ’ém an cip atio n pour te n ir le pas
d an s le progrès du m onde.
E t m êm e a v a n t « C h arles N e tte r »
a d é jà donné les preuves de sa m a tu ­
rité de sa com pétence d an s le dom aine
de l’ém an c ip atio n des jeunes. Le JO IN T
a to u jo u rs été co n te n t de voir qu’avec
les p e tits m oyens qui o n t été m is à sa
disposition, l ’A ssociation « C h arles
N etter » a réussi q u an d m êm e à faire
du tra v a il co n stru ctif.
Je sou h aite que « C h arles N e tte r »
co n tin u e son œ uvre san s r a le n tir et
évite de s’en fo n cer d an s la routine.
Q u’elle reste, jeune, active e t utile
pour la jeunesse e t le dom aine m a ro ­
cain en général.
W IL L B EIN
D irecteu r de l'A.J.D .C .
pour le M aroc
le service de la
JEUNESSE ET DES SPORTS
U y a d éjà 4 a n s que je suis avec
am itié l ’œ uvre des d irig e a n ts de l ’A s­
sociation « C h arles N e tte r ».
V otre association joue u n rôle essen­
tiel p arm i les a u tre s o rg an isatio n s gé­
n é ra le m e n t trè s vives qui so n t a u se r­
vice de la jeunesse juive. Je sais to u te
l’im p o rtan ce de votre a ctio n d an s les
m ilieux p o pulaires de C asablanca.
Je saisis donc l’occasion que vous
m ’offrez p o u r d ire to u t le dévouem ent
e t la p ersévérance des m ilita n ts de vo­
tre m ouvem ent.
Vous savez que n o tre service s’est
to u jo u rs em pressé de vous aider. Nous
l’avons fa it avec joie c a r vos resp o n sa­
bles o n t to u jo u rs rép o n d u avec b o n ­
ne volonté aux stag es de fo rm atio n que
no u s le u r avons ouverts.
D ’ailleu rs récem m ent, au cours d ’une
réu n io n des d irig ean ts des associations
de jeunesse de C asablanca, j ’ai te n u à
souligner e t à d o n n er en exem ple la
réelle volonté de fo rm atio n des cadres
de v o tre association.
Vous avez encore beaucoup à faire
puisque vous voulez a n im er et élever la
m asse de la jeunesse juive, m ais je
peux vous assu rer to u te n o tre sy m p a­
thie.
J. ROZE
D é lé g u é région al
pour C asablanca
 

Noar. Vol. 4 n° 27 (2 décembre 1950) - 1/4

Suivant