T ro isièm e A nnée — N um éro 1 L I2
10 FRAMcs
\
D E C E M B R E 19-tf
R éd actio n — A d m in istra tio n
11, B o u lev ard des Ita lie n s
P A R IS

Tél. : R IC . 40-67
D ir e c te u r : R. G K IN B ER G
K M E N S U E L L E JDE Eût
F É D É R Ü T IO N I X E S O C IÉ T É S J T UIV JE S JD > E F R U N C E
Q u a n d M êm e
a p a r u
cland estin em en t
depuis
D écem b re 1 9 4 3
NOS PROBLÈMES
D
Il était toujours difficile d’être Juif
et il l’est, certes, plus difficile que jamais
à l’heure actuelle . . .
. .La terrible saignée opérée dans nos
rangs, et qui se chiffre par l'amputation
d’un tiers de notre peuple, n’a pas
arrêté les effets du cataclysme déclenché
contre nous par l’ennemi, alors même que
ce dernier a sombré. Aux six millions
de morts, tombés sur les champs de ba­
taille ou exterminés dans les fours cré­
matoires, s’ajoutent combien de malades,
d’invalides pour la vie; combien d’en­
fants qui, ayant vécu sous la terreur per­
manente et vu les supplices de leurs pa­
rents, ayant vu la mort de près, sont
marqués pour la vie de l’empreinte des
« années terribles ».
Et même ceux, fort peu nombreux
dans les pays occupés, qui, par miracle,
sont sortis physiquement indemnes de la
grande tourmente n’ont-ils pas, eux
aussi, payé un lourd tribu au Moloch
nazi ? Il n’y a presque pas une famille
juive en Europe qui n’ait perdu un ou
plusieurs de ses membres; pas un pays
dans notre continent où les assises éco­
nomiques de la population juive dans son
ensemble ne soient ébranlées à la suite
des mesures raciales, alors même que
ces mesures se trouvent formellement
abolies.
Et nous tous, enfin, les Juifs du
Monde entier, ne sommes-nous pas
atteints dans le plus profond de notre
être par la perpétuation à travers les
deux hémisphères de l’attentat mons­
trueux que Hitler avait perpétré de son
vivant contre notre dignité humaine ?
Sans parler des véritables pogromes qui,
soit dans certains pays libérés par les
Nations Unies, soit dans certains autres
qui n’avaient jamais été occupés, conti­
nuent à ensanglanter les communautés
juives, ne sommes-nous pas en butte à
des forces hostiles qui, pour sournoises
qu’elles soient souvent, s’avèrent d’au­
tant plus dangereuses ?
Et que dire du grand malaise qui pèse
sur nous tous ? Que dire du sentiment
de solitude que nous éprouvons même
dans des milieux qui nous sont, en prin­
cipe, favorables, voire même amicaux ?
Ainsi le judaïsme tout entier traverse
une crise morale et économique sans pré­
cédent dans l’histoire, et, à la recherche
DISPARAITRE ?
des remèdes aux maux qui le ravagent,
il se heurte à l’indifférence, sinon à l’hos­
tilité du monde qui l’entoure.
Cependant, dans nos propres milieux,
nombreux sont encore ceux qui, à la si­
nistre lumière des récentes persécutions
et pour parer au danger de leur réappa­
rition, ne trouvent d’autres solutions
que notre disparition complète en tant
que Juifs, c’est-à-dire le suicide moral et
spirituel.
. .Aux partisans de cette solution
« radicale », qui, au moins, ont la fram
chise d’avouer leur abdication, il faut
ajouter tous ceux qui abordent le pro­
blème de biais et, s’inspirant des métho­
des de « camouflage » pratiquées pen­
dant la clandestinité, condamnent « l’ex­
tériorisation » de nos revendications et
préconisent, selon le mot d’ordre fameux
du poète hébreux I.-L. Gordon {un des
promoteurs du mouvement de la « hascala » en Russie) : « Sois Juif dans ton
chalet et homme quand tu sors dehors ».
A entendre ces néophytes de l’assimilition, les Juifs doivent se « tenir tran­
quilles», ne figure nulle part comme col­
lectivité organisée et ne présenter leurs
revendications, s’ils en ont, que par le
truchement des groupements adéquats
non-Juif s, dans lesquels ils doivent s’in­
d a n s le R oussillon, d an s le Comta t-V en aissin , etc. On ne le s em ­
p êch a t ja m a is de so rtir du pays,
on ne les retenait ja m a is de
force. L es persécutions n ’a v a ie n t
p a s p o u r b u t l’ex term ination du
peuple ju if. On désirait seu lem en t
s e m p a r e r de leur richesse, de
le u rs biens-fonds, or, a r g e n t e t
s u r to u t de leu rs créances p o u r
ob ten ir, à le u r place, fa co u v er­
tu re.
D an s le s tem p s m odernes, la
R u ssie tz a r is te a acquis la tr is te
renom m ée a ’un régime a n tisé m ite .
L es p o g ro m s furent u ne inven­
tio n ru sse. L a b u re a u c ra tie tz a ­
ris te les p ra tiq u a it a v ec adresse,
e t ingéniosité. M ais elle ne m e n a it
p a s non p lu s u ne lu tte d’e x te rm i­
n a tio n c o n tre les Ju ifs. L e f a ­
m eux D ournovo,
M in istre
de
l’In té rie u r so u s le T z a r A le­
x a n d re m, lo rs des v iolentes p e r­
sécu tio n s de 1881, d é c la ra it à la
d élég a tio n ju iv e qui s’é ta i t p ré ­
sen té e p o u r im p lo re r le u r ce ssa ­
tio n : « L a fro n tiè re de l’O uest
e s t o u v erte ».
p a r to u t la confusion. B ien loin
d ’ê tr e résolus, les problèm es les
pïu s im p o rta n ts ne so n t p a s é tu ­
diés, m ieux, ils ne so n t m êm e p a s
posés.
C ependant, p a rm i to u s ces p ro ­
blèm es, il en e s t un d o n t l’im ­
p o rta n c e c a p ita le ne p e u t ê tr e
niée p a r personne. C ’e s t celu ’,
essentiel,
de
la
d ém o g rap h ie
juive, J u s q u ’à ce jo u r, a u ss i
cu rieu x que cela p u isse p a ra ître ,
au cu n o rg an ism e ne s ’é ta i t p en ­
Por S. POSENER
L es p rocédés n azis o n t é té to u t
a u tre s . On m ’a affirm é , il e s t
v rai, qu’a v a n t l’e n tré e de l’A m é- _
rique en g u erre, le G o uvernem ent
de H itle r n e s ’o p p o sait p a s à
l’é m ig ra tio n juive. C eci dem ande
v érificatio n . O n e s t c e r ta n en
to u s cas q u ’a u co u rs d es tr o is
d e rn iè re s a n n é e s du rég im e de la
cro ix g am m ée, B erlin, non seule­
m e n t ne to lé r a it p a s la so rtie vo­
lo n ta ire des Ju ifs, m a is bien a u
c o n tra ire le s ra m a s s a it, d an s
to u s les p a y s où on p o u v a it les
a tte in d re , p o u r tes conduire d a n s
les ca m p s de co n c e n tra tio n e t les
a ss a ssin e r d ’un e fa$on ou d ’une
a u t r e . . .
O n nous d t que le tie rs en v i­
ron du ju d aïsm e m o n d ial a é té
ex term in é. S u r 15 à 16 m illions
de J u ifs que l’on c o m p ta it a v a n t
la g u erre, il n ’en re s te p lu s q u ’une
dizaine. E n E urope, s u r s e p t m il­
lions, c’e s t à g ra n d pein e s i I o n
a tt e in t le m illion e t d e m i. . . A
c e t a p p a u v r ssem een t num ériq u e
c o rre sp jn d un a p p a u v risse m e e n t
m a té rie l e t m oral. F a u te de fo r­
ces vives, de m em bres conscients,
de d irig e a n ts a c tifs, l'a vie com ­
m unale juive co n tin u e à p ié tin e r
su r place, cah in -cah a, insoucieuse
de ses g ra n d s devoirs, in a p te à
tro u v e r la solution dos m u ltip les
problèm es créés p a r la g u e rre e t
p a r ses eftets.
A v r a i d re, on a s s is te à ce
sp ectacle a ttris ta n t : une m u lti­
tude d ’O rganisations se ch e vau ­
chant, un ch iffre astron om ique
d’e m p lo y é s .. . P a r to u t le m alaise,
ché s u r c e tte question, d o n t la
g ra v ité , p o u rta n t n ’e s t p a s loin
d ’ê tr e tra g iq u e .
L a v.e du peuple ju if e s t en
d a n g e r. E t ce d a n g e r n ’e s t p a s
s e u u m e n t e x té rie u r, m a is ég ale­
m e n t in té rie u r. C’e s t p e u r fa ire
face à ce d a n g e r que su r l’ nitia tiv e du D r S pruch, ém in en t
p ra tic ie n d ’o rig in e polonaise, ré ­
s id a n t à N ice, v ie n t de se fo n ­
d e r une so ciété appelée à la p ro ­
te c tio n de la n a ta ï-té juive.
L es b u ts de c e tte so ciété so n t
bien définis. D ’u n e p a r t, a id e r p a r
to u s les m oyens, m a té r els e t m o­
rau x , les jeu n es qui v e u le n t fo n ­
d e r un foyer. O n s a it à quelles
d ifficu ltés ils p e u v e n t ch aq u e
jo u se h e u r t e r . . . D 'a u tre p a rt,
a id e r de faço n a u ssi efficace que
posibles les fam illes nom breuses,
sym boles v iv a n ts d e la p ro sp é rité
d ’un peuple.
C om m e on le voit, c e tte œ uvre
rép o n d à une n écessité v itale.
P o u r ré u ssir, p o u r pouvoir re m ­
p lir le rôle qu’"Ue s ’e s t assignée,
œ u v re n atio n ale. Il a créé un cheiuiel de
n a ta lité », . c o û ta n t
_ 36 francs,' qui, à N ice oïl il a é té
lancé a reçu un accueil tr è s fav o ­
rable. N ous so u h aito n s qu’j re­
çoive le m êm e accueil p a r to u t où
se tro u v e n t des Ju ifs, des J u ifs
qui a ie n t g a rd é le se n s de la so­
lid a rité ju iv e !
foule itxuçe ded (veldecuUeM
du foule Munc.
D é d a ï e
J u ï t i h , t ^ o d ü M
A l’occasion d u 28' a n n iv e rsa ire
de la d é c la ra tio n B a lfe u r, s u r
l ’in itia tiv e de l’O rg a n isa tio n Sio.
lis te , un e g ra n d e m a n ife sta tio n
s ’e s t déroulée à la M u tu al té, sous
la p résidencee d e M. J u s tin
G odart.
A u co u rs de la séance, de n o m ­
b reu x o ra te u rs o n t p ris la p a ro le ;
voici les p o in ts tes p lus c a ra c té ­
ristiq u e s de le u rs discours.
JU S T IN GOD ART :
L e p ro b lèm e p a le stin ie n ne dé­
p end p lu s de la po litiq u e in té ­
rie u re b rita n n iq u e . . . D e s t ju s ­
tic ia b le du d ro it in te rn a tio n a l e t
de la conscience u n iv e rse lle . . .
. . .L a d ém o c ra tie fra n ç a ise ne
s a u r a it se m o n tre r sile n c ie u se . . .
L e L iv re R oug e des p e rsé c u tio n s
trio m p h e ra du L iv re Blanc.
A N D R E P H R I P .
. . . IT f a u t re c o n n a ître que chez
n o u s 11 y a en co re des re le n ts
d ’a n tisé m itism e qui n ’o n t p a s e n ­
core é té b a la y é s .. .
L a P a le s tin e n ’e s t p a s Indis­
p e n sab le a u x A rab es. E lle e s t in ­
d isp en sab le a u p euple ju if. . .
R f a u t re c o n n a ître que chez les
p eu p les d ’O rien t, c e p e n d a n t en
p lein e tr a n s f o r m a t on, il y a e n ­
co re des d a n g e rs p o u r les. co m m u ­
n a u té s ju iv e s . . .
M A R C JA R B L U M
L e L iv re B la n c e s t u n a c te
conçu d a n s l’e s p rit de M u n ic h . ..
P o u r n ous il n ’e x is te p a s d ’im ­
m ig ra tio n illég ale en P a le stin e .
M A RC
S A N G N IE R ;
Is ra ë l n e p e u t p as, n e v e u t p a s
m o u r i r . . . p a rc e que ce p eu p le e s t
u n e p a r tie g é n é re u se de la co n s­
cience h u m ain e.
. . . L a g u e rre ne nous a u r a itelle rien a p p ris ?
. . . Moi, c h ré t'e n , je n e p eu x p a s
o ublier que n o tre c h ristia n is m e
p longe tr è s a v a n t dagis le ju d a ïs­
me... T o u te la ré a lité de n o tre
religion a tro u v é s a so u rce d a n s
le ju d a ïsm e . .
pgg» S)
RETROUSSONS NOS MANCHES . . .
i
Session du Comité Central
d e la Fédération d es S o ciétés
Ju ives d e France
Les 9 et 10 novembre 1945
s'est tenue à Paris, 83, avenue
de la Grande-Armée, dans les lo­
caux du Congrès Juif Mondial,
une session du Comité Central de
la Fédération des Sociétés Juives
de France. L'ordre du Jour était
le suivant ;
1° Discouis d'ouverture, par
M . Marc Jarblum.
2° Rapport moral, par M . C.
Kelman.
3° Rapport
technique,
par
M . C . Woldman.
4° Modif.cation des statuts,
par M . Jakubowicz.
5° Questions diverses.
M . Marc Jarblum ouvre la
séance en faisant part de la pré­
sence de Mhe Sophie Perelman,
qui est la secrétaire du Conseil
Général des Juifs de Belgique.
M . Marc Jarblum signale tout
d'abord que des questions d'or­
dre technique et f.nancîer de­
vront être envisagées sérieuse­
ment lors du Congrès National
de l'année 1946. Parlant des sta­
tuts, il souligne qu'il y a eu de
grands changements dans l'acti­
vité de la Fédération. Il nous
faut donc reviser nos systèmes et
nos méthodes, il conclut en espé­
rant que l'unité du Judaïsme que
tous désirent, se fasse surtout
autour et au sein de la Fédéra­
tion.
M . Kelman, Secrétaire Général
de la Fédération, prend alors la
parole :
— C ette session du Comité
Central, dit-il en débutant, par
l'importance de son ordre du
jour et des décisions qu'il y aura
à adopter, prend l'allure d'un
petit congrès.
Après s'étre 'ivré à un paral­
lèle entre l'activité passée de la
Fédération qui, jusqu'à la clandest.nité, n'était en somme qu'un
holding de sociétés de secours
mutuels, holding dont le seul but
était de traduire certaines aspi­
rations d'ordre spirituel du Ju­
daïsme, et l'activité actuelle de
la Fédération, l'orateur en arrive
à la période clandest.ne.
— Ce que fut l'action de la
Fédération, dit-il, son importance
et son efficacité, vous la connais­
sez tous. Il faudrait plusieurs
ouvrages pour l'analyser et la
fixer devant "histoire. Souhaitons
que cela se fasse un jour, dans
l'intérêt même de notre mouve­
ment, de la Communauté Juive
de France et des générations à
venir. Quel était l'état des choses
à la Libération ? poursuit-îl. La
tâche et l'importance de la Fédé­
ration avaient singulièrement
grossi... Il fallait alors choisir
entes deux solutions. Soit aban­
donner complètement à d'autres
la direction de l'œuvre sociale et
se limiter à l'ancienne structure
de la Fédération, soit maintenir,
coûte que coûte, les positions
acquises et, tout en continuant
l'action
sociale, réajuster les
assises de la
Fédération
à
l'échelle de ses activités décu­
plées. C'est cette solution ambi­
tieuse et difficile que nous avons
choisie et que nous avons réali­
sée. On peut dire que la Fédé­
ration est devenue en quelque
 

Quand meme .... Vol. 3 n° 11-12 (novembre-décembre 1945) - 1/6

Suivant