B E V U E JU IV E D E G ENÈVE
4 3 4
très chaleureusem ent remerciés de leur confiance éclairée et
vig ila n te sa n s laquelle notre R evue ne serait p a s devenue ce
qu'elle est. D u ra n t les quatre dernières années, p lu sie u rs centaines
d 'abonnés n o u s ont s u iv i sans relâche et avec u n intérêt soutenu.
E t n o u s pouvons sa n s doute en conclure que nos abonnés nous
resteront fidèles dans Vavenir. T o u te fo is, il est p ru d en t de ne
p a s s'a d o n n er à des illu sio n s béates. N o u s ne som m es qu'au
début de notre labeur. P o u r le m ener à bonne fin , l'entière
collaboration de tous nos a m is qui ont com pris la valeur im m éd ia te
et lo in ta in e de notre R evue, nous est de p lu s en p lu s in d isp e n ­
sable. « Votre encouragem ent, voilà notre force », n o u s l'avons
écrit à la fin de notre prem ière année et n ous ne sa u rio n s le répéter
trop souvent. P o u r que notre R evue s'am éliore de p lu s en p lu s,
croisse en force et en autorité a fin qu'elle p u isse continuer sa
tâche en toute d ig n ité, nous devons nous a p p u y e r entièrem ent su r
l'in térêt effectif et co n tin u de tous nos abonnés et collaborateurs.
Car si, m a lg ré la terrible crise économ ique, notre R evue est
en progrès constant, si la quatrièm e année m arque u n e nouvelle
avance su r les années précédentes, il n o u s fa u t n éa n m o in s in te n ­
s ifie r davantage nos efforts a fin que n ous soyons en m esure
de con tin u er d 'u n e façon de p lu s en p lu s efficace à, com m e nous
l'écrit u n e abonnée de la prem ière heure, « secouer, inform er,
in stru ire , éclairer et guider l'o p in io n p u b liq u e m ondiale —
tâche d iffic ile — qui n 'a p our a in s i dire p a s été entreprise. I l
fa u t absolum ent inform er, in stru ire l'o p in io n p u b liq u e et ses
dirig ea n ts, m a is surtout et avant tout l'o p in io n p u b liq u e ju iv e
et ses guides ; ra b b in s, intellectuels, écrivains, artistes ». On n e
sa u ra it m ie u x résum er notre but. Que chaque ab o n n é de la Revue,
que chaque a m i connu et in co n n u se dise bien q u 'il p eu t nous être
d 'u n e u tilité incontestable, m êm e p en d a n t ces m ois de vacances,
en n o u s procurant p o u r le prochain départ, en octobre, de
n o u ve a u x abonnés, lecteurs et am is.
N o tre p lu s redoutable adversaire, c'est surtout notre in d iffé ­
rence à l'égard de nos valeurs sp iritu elles. L u tte z donc avec nous
contre notre in d ifféren ce p lu s que ja m a is coupable ! F a ite s
cesser a u to ur de vous les lâches dérobades. L 'h e u re est bien grave.
A u c u n de n ous n'échappera désorm ais à son devoir sacré envers
la collectivité. A id e z-n o u s à faire connaître a u ss i bien a u x
C hrétiens q u 'a u x J u i f s la situ a tio n tragique du p eu p le m illén a ire,
à éclairer les hom m es de bonne volonté su r l'a u th en tiq u e esprit
d 'Isra ë l, à dem eurer au service d 'u n Isra ë l ép u ré et régénéré,
d 'u n Isra ë l constructif, dont .le sa lu t est in extrica b lem en t lié
a u sa lu t de l'h u m a n ité p a r la voie de la ju stice p o u r tous, grands
ou petits, auquel à travers tant de secousses aspire notre époque !
J . J .
 

La Revue Juive de Genève. Vol. 4 n° 10 fasc. 40 (juillet 1936) - 1/52

Suivant