Ecrire sur la Shoah dans l’ex-Union Soviétique, hier et aujourd’hui. Part II


Babi Yar, le ravin où la population juive de Kiev a péri massacrée au moment de l'invasion de l'URSS par les nazis, est pour nous un symbole de la Shoah par balles. Mais le symbole ne vaut pas uniformément partout. Démêler l’écheveau de la mémoire du Mal en ex-URSS est une tâche complexe : sur les « terres de sang » (Snyder) où la moitié du génocide juif a eu lieu, la mémoire de la Shoah, longtemps empêchée, s’est mêlée et superposée à d’autres strates mémorielles, au souvenir également empêché d’autres traumatismes collectifs, créant un effet de brouillage. La littérature peut-elle nous aider à y voir plus clair et à articuler la mémoire du génocide juif aux mémoires conflictuelles de l’ex-Union Soviétique ?

Annie Epelboin, universitaire, est spécialiste de littérature soviétique. Elle a notamment publié (avec Assia Kovriguina) La Littérature des Ravins. Ecrire sur la Shoah en URSS (éd. Laffont, 2013), et édité en traduction française la version non-expurgée du roman-document Babi Yar d’Anatoli Kouznetsov (éd. Laffont, 2011).

Collection
Audios

Auteur
Epelboin, Annie
Contributeur
Leichter-Flack, Frédérique
Editeur
Alliance israélite universelle

Date
2017-06-25
Langue du document
Français
Description matérielle
Document audio de 24 min
Provenance
Radio RCJ

Document en relation
Droits
Conditions générales d'utilisation